Le collectif en agroécologie

L’intérêt du collectif en agroécologie

L’un des moteurs de la transition agroécologique est la dynamique collective. Depuis une quinzaine d’années, un nombre croissant d’actions collectives se situent à la croisée entre production agricole, enjeux alimentaires et consommation durable. La multiplication des GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun), magasins de producteurs, SCIC (Sociétés coopératives d’intérêt collectif), AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne), épiceries solidaires, supermarchés participatifs…. montre que les modèles fondés sur le collectif et la coopération prennent de plus en plus de place dans le paysage agricole et alimentaire.

Les organisations collectives aident à renforcer les dynamiques territoriales en favorisant :

- une collaboration plus efficace entre acteurs du territoire (par les échanges et la recherche de complémentarité)l’introduction
- la réhabilitation, la valorisation et la diffusion des savoirs
- une meilleure gestion des ressources (naturelles, foncières ou humaines)
- le renforcement du tissu social dans un territoire (ex. création d’une épicerie solidaire qui redynamise les liens entre producteurs et habitants)

dynamiques-collectives-1 dynamiques-collectives-2

En 2016, le Ministère français de l’Agriculture, et de l’Agroalimentaire et de la Forêt reconnaît l’intérêt de « l’intelligence collective » pour le développement de l’agroécologie, et crée le label GIEE (Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental), un outil d’appui aux groupements agricoles actifs qui intègrent une dimension environnementale.

Pour aller plus loin

PDF à télécharger

Sur la transition agroécologique et les organisations collectives :

- Cap vert 2017 Vivre et accompagner la transition agroécologique en collectif
- CIVAM – L-R 2012 Organisations collectives en agriculture durable
- Van Dam D., Nizet J., Streith M., 2012. Les émotions comme lien entre l’action collective et l’activité professionnelle : le cas de l’agriculture biologique. Natures Sciences Sociétés, 20, 318-329.
- La lettre de Nature humaine 2012 Le changement dans le monde agricole